Six Poèmes sur la Vie dans les Montagnes de Maître Hsu Yun – Traduit de l’anglais par D. Galuchon

 

Eiger-Mönch-Jungfrau-400x300

 

1.
J’ ai une petite image dans ma tête, un endroit propre et tranquille
Partout où l’ on regarde tout a l’air complètement naturel.
La cabane est faite avec de la paille tressée.
Il y a un bon demi-âcre pour faire pousser des tubercules et des fleurs.

De beaux oiseaux sont perchés sur les falaises
qui encadrent quelques nuages accrochés à des pics verdâtres.
La poussière rouge du monde ne montera pas la-haut.
Simple élégance vaut mieux que sainteté ou spiritualité.

2.
Peut-on découvrir la joie dans les montagnes?
Veux-tu que je te dise: il y a plus de joie dans les montagnes
que n’ importe ou ailleurs.

Les pins et les bambous entonent leurs chants sacrés.
Le partie des flûtes de Sheng est jouée par les oiseaux.
Les singes grimpent dans les arbres pour leur fruit.
Dans les étangs, les canards folâtrent avec les lotus aquatiques.

Cette fuite hors du monde de tous les jours,
mois après mois et année après année,
élimine les obstacles à l’ illumination.

3.
N’ essaie pas d’ être grand sur les places de la célébrité.
Dans les montagnes, de tels rêves s’ évanouissent.
Près des nuages, ton corps ne dépend que de lui seul.
Ton coeur se déracine des attaches mondaines.

La lune que j’ adore se fait un chemin à travers les pins
et guide un rayon jusqu’ à la porte de bambou.
Naturellement, cela n’ est ni plus ni moins que fascinant.
Comment pourrait-on s’ en détourner … ou même s’ en lasser ?

4.
En montagne absolument rien ne nous empêche de rêver,
pendant la sieste de l’ après-midi, qu’ on en est à cuire du millet.
Si vous êtes paresseux de nature, vous ne serez pas préoccupés par aucun problème.
Vous ferez de la lumière avec votre corps
et ne craindrez pas le froid.
Des chrysanthèmes poussent le long des ancients sentiers.
Quelques pruniers parfument toute la cour.
Les engagements sont fort heureusement à court terme.
Les temps libres sont fort heureusement courts.

5.
En montagne absolument rien ne nous empêche de rêver,
pendant la sieste de l’ après-midi, qu’ on en est à cuire du millet.
Si vous êtes paresseux de nature, vous ne serez pas préoccupés par aucun problème.
Vous ferez de la lumière avec votre corps
et ne craindrez pas le froid.

Des chrysanthèmes poussent le long des ancients sentiers.
Quelques pruniers parfument toute la cour.
Les engagements sont fort heureusement à court terme.
Les temps libres sont fort heureusement courts.

6.
Certains se plaignent de la dure vie en montagne.
Je ne pense pas que ce soit si différent ou difficile ailleurs.
Un four d’ argile qui brûle des brindilles de bouleau.
Un chaudron de pierre où bouillent des germes.

On dirait que tu viens juste de cueillir les chrysanthèmes,
qui poussent dans les trois mois de l’ automne,
alors qu’ on en est encore à contempler les floraisons de mars.

Plaint beaucoup plus la lune qui, nuit après nuit,
est forcée de divertir la société.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :