En passant près de l’ermitage du maître de dhyana Fu

« Falaises et ravins font serpenter le sentier caché,

Nuages et forets dissimulent la « salle du Dharma ».

Les immortels volent en jouant de la musique,

Les devi s’agenouillent et brûlent de l’encens.

Au sortir des bambous, le pic, contre toute attente, au point du jour…

Dans l’ombre des glycines, l’eau est encore fraiche.

Si vous voulez savoir s’il resta longtemps assis en dhyana,

Le long du chemin, le parfum printanier persiste encore… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :