LE SUTRA EN 42 SECTIONS CONFÉRÉ PAR LE BOUDDHA

TRADUIT PAR KASHYAPA MATANGA ET GOBHARANA SOUS LA DYNASTIE DES HANS POSTERIEURS

 

 

PREFACE 

  Quand  L’Honoré  du Monde avait  atteint   le  Chemin,   Il pensa:     « Renoncer au désir  et gagner le calme et la tranquillité est suprême.  » Il se plongea dans une concentration méditative profonde et subjugua tous les démons et dissidents . Au Jardin des Cerfs, Il tourna la Roue du Dharma des Quatre Nobles Vérités et sauva Ajnata-kaundinya et les quatre autres disciples, qui tous réalisaient le fruit du Arhat.  

Alors les Bhikshus exprimèrent leurs doutes et demandèrent au Bouddha comment les résoudre. L’Honoré du Monde donna son enseignement et ses exhortations, jusqu’à ce que, un à un, ils s’éveillèrent et obtinrent l’illumination. Après cela, en unanimité ils joignirent les mains et suivirent les instructions du Bouddha.           

 

           

SECTION 1

QUITTER LA VIE A LA MAISON ET DEVENIR UN ARHAT

 

            Le Bouddha a dit : « Ceux qui quittent leur vie à la maison, qui connaissent leur esprit et pénètrent dans l’origine de cet esprit, et qui comprennent les dharmas inconditionnés, sont appelés « Shramanas » . Ils observent constamment les deux cent cinquante préceptes et tiennent à la pureté de tout ce qu’ils font.  Pratiquant les Quatre Nobles Vérités, ils peuvent devenir des Arhats.  

 

 

SECTION 2

ELIMINER LE DESIR ET NE PAS QUEMANDER

 

Le Bouddha a dit : « Les gens qui ont quitté la vie à  la maison et deviennent Shramanas se libèrent de tout désir, renoncent à l’amour et reconnaissent la source de l’esprit. Ils pénètrent les profonds principes du Bouddha et s’éveillent aux dharmas inconditionnés. Intérieurement ils n’ont rien à atteindre et extérieurement ils n’ont rien à chercher. Leurs esprits ne sont pas emprisonnés par le Chemin, ni liés par le karma. Ils sont sans pensée, sans action; ils ne cultivent pas et n’atteignent pas de certification. Ils ne passent pas par les diverses positions et cependant sont hautement vénérés.  C’est ce que signifie le Chemin. »

 

SECTION 3  

SE LIBERER DE L’AMOUR EGOISTE ET RENONCER A L’AVIDITE

Le Bouddha a dit : « Rasant leur tête et leur barbe, ils deviennent Shramanas, et acceptent les Dharmas du Chemin. Ils ont renoncé aux richesses et fortunes de ce monde. En recevant l’aumône, ils acceptent seulement  ce qui est juste assez. Ils ne prennent qu’un repas par jour à midi, passent la nuit sous le couvert des arbres. Ils prennent garde de ne rien acquérir, car passion et désir rendent  les gens stupides et aveugles. »

 

SECTION 4  

CE QU’EST LE BIEN, CE QU’EST LE MAL

 

Le Bouddha a dit : « Les êtres vivants peuvent agir suivant dix catégories de bonnes actions et dix de mauvaises. Quelles sont les dix mauvaises? Trois concernent le corps, quatre la bouche, et trois l’esprit. Les trois relatives au corps sont le meurtre, le vol, et le désir charnel. Les quatre relatives à la bouche sont la duplicité, la dureté en paroles, le mensonge et le langage frivole. Les trois relatives à l’esprit sont la jalousie, la haine et la stupidité. Ainsi, ces dix ne sont pas en accord avec la voie sainte et sont appelés les dix mauvaises actions. Mettre un terme à ces dix mauvaises actions, c’est pratiquer les dix bonnes actions. »    

           

SECTION 5

COMMENT REDUIRE LA SEVERITE DES OFFENSES

 

Le Bouddha a dit : « Si une personne a commis beaucoup de torts et ne s’en repent pas, mais se contente de les ignorer, les torts l’engouffreront comme un cours d’eau qui, en s’en allant vers la mer,  graduellement devient de plus en plus large et profond. Si une personne a commis des torts, en prend conscience, réforme son caractère et pratique le bien, alors les torts se dissoudront d’eux-mêmes, tout comme une personne malade qui commence à transpirer, et se voit petit à petit guérie. »

 

 

SECTION 6

ETRE PATIENT AVEC LES GENS MALVEILLANTS ET NE PAS GARDER RANCUNE

 

Le Bouddha a dit : « Quand une personne mauvaise entend parler de vertu, vient avec des intentions malveillantes, contiens-toi, ne t’emporte pas, ne lui fait pas de remontrances. Car alors celui qui venait pour mal agir, se fera en réalité tort à lui-même. »  

 

SECTION 7

LA  MALVEILLANCE  ATTEINT EN RETOUR SON AUTEUR

 

Le Bouddha a dit : « Une fois, un homme en entendant dire que je pratique le Chemin et que je possède une grande compassion, vint dans l’intention délibérée de chercher querelle. Je gardai le silence et ne répondis pas. Quand il eut fini, je lui demandai : « Si tu te montres courtois envers quelqu’un et qu’il ne répond pas à ta courtoisie, tu gardes ta courtoisie pour toi, n’est-ce pas ?

– « C’est juste, » répondit-il. Le Bouddha dit alors: « Tu es en train de me chercher querelle; mais je n’y réponds pas, donc la mauvaise fortune qui en résulte retourne à toi et y reste. C’est aussi inévitable que l’écho qui suit le son, ou l’ombre qui accompagne une forme : tu ne peux jamais au bout du compte y échapper. En conséquence, prends garde de ne pas faire du mal. »

 

SECTION 8

ABUSER LES AUTRES SOUILLE SOI-MEME

 

Le Bouddha a dit : « Pour une mauvaise personne, porter préjudice à un sage, c’est comme lever la tête et cracher aux cieux. Au lieu d’atteindre les cieux le crachat lui retombe dessus. Il en est de même avec la poussière que l’on lance contre le vent : elle revient sur celui qui l’a lancée. Un sage ne peut être nuit: les mauvaises actions détruisent immanquablement celui qui les a perpétrées. »

 

 

SECTION 9

RETOURNANT A L’ORIGINE, VOUS TROUVEZ LE CHEMIN

 

Le Bouddha a dit : « Erudition sans pratique et attachement au Chemin le rendent difficile à réaliser. Quand vous surveillez votre esprit et respecte le Chemin, il est vraiment merveilleux.

 

SECTION 10

CHARITE JOYEUSE APPORTE DE LA GRACE

 

Le Bouddha a dit : « Quand vous voyez quelqu’un pratiquer la vertu du don, aidez-le avec la joie dans le cœur et vous obtiendrez des mérites immensément grands. »

Un shramana demanda : « Y-a-t-il une fin à ces mérites ? »

Le Bouddha dit alors : « Considère la flamme d’une seule torche. Même si cent mille personnes l’utilisent pour allumer leurs propres torches et en utilisent le feu pour préparer leurs repas ou repoussser l’obscurité, elle reste inchangée. Ces mérites sont de même nature. »

 

SECTION 11

LA PROGRESSION MULTIPLE DES MERITES DANS LE DON  DE NOURRITURE

 

Le Bouddha a dit : « Donner de la nourriture à cent personnes malfaisantes n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à une personne bonne. Donner de la nourriture à mille gens de bien n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à une unique personne qui respecte les cinq préceptes. Donner de la nourriture à dix mille personnes qui tiennent les cinq préceptes n’est pas aussi méritoire que d’offrir de la nourriture à un unique Srotaapanna. Donner de la nourriture à un million de Srotaapannas n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à un unique Sakradagamin. Donner de la nourriture à dix millions de Sakradagamin n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à un unique Anagamin. Donner de la nourriture à cent millions d’Anagamin n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à un unique Arhat. Donner de la nourriture à un milliard d’Arhats n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à un unique Pratyekabouddha. Donner de la nourriture à dix milliards de Pratyekabouddhas n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à un Bouddha des trois périodes du temps. Donner de la nourriture à cent milliards de Bouddhas des trois périodes du temps n’est pas aussi méritoire que de donner de la nourriture à une seule personne qui est sans pensée, sans demeure, sans cultivation et sans accomplissement. »

 

SECTION 12

UNE LISTE DES DIFFICULTES ET UNE EXHORTATION A LA CULTIVATION

           

Le Bouddha a dit : « Les gens rencontrent vingt sortes de difficultés:

                                    Il est difficile de donner quand on est pauvre;

                                    Il est difficile pour le riche et le puissant de suivre le Chemin;

                                    Il est difficile de abandonner l’existence et de faire face

                                                à  une mort inéluctable;

                                    Il est difficile de rencontrer les Sutras du Bouddha;

                                    Il est difficile d’être né à la même époque qu’un Bouddha;

                                    Il est difficile de maîtriser luxure et désirs;

                                    Il est difficile de voir des choses attirantes sans les rechercher;

                                    Il est difficile d’être insulté et de ne pas s’emporter;

                                    Il est difficile d’avoir du pouvoir et de ne pas en abuser;

                                    Il est difficile d’être au contact d’objets sans former de pensées;

                                    Il est difficile d’être très savant et très bien informé;

                                    Il est difficile de se débarrasser de son autosatisfaction;

                                    Il est difficile de ne pas mépriser l’ignorant;

                                    Il est difficile de pratiquer l’équanimité de l’esprit;

                                    Il est difficile de ne pas faire des commérages. 

                                    Il est difficile de trouver de sages conseillers;

                                    Il est difficile de voir à travers sa nature et de suivre le Chemin;

                                    Il est difficile d’éduquer et sauver les gens selon leurs potentiels;

                                    Il est difficile de ne pas être détourné par les événements.

                                    Il est difficile d’avoir une bonne maîtrise en moyens expédients. »

 

SECTION 13

QUESTIONS SUR LE CHEMIN ET LES VIES PASSEES

 

Un Shramana demanda : « Quelles sont les causes et les conditions qui permettent de connaître les vies passées, et qui donnent l’entendement nécessaire à la réalisation du Chemin? »

Le Bouddha dit alors : « C’est la purification de l’esprit et la maîtrise de la volonté qui mènent à l’entendement du Chemin. Quand tu polis un miroir, la poussière est enlevée et il ne reste que l’éclat. De même, si tu te purifies de tout désir et ne recherches rien, alors tu pourras connaître les vies passées. »  

 

SECTION 14

QUESTIONS SUR LE BIEN ET LA GRANDEUR   

 

Un Shramana demanda au Bouddha: « Qu’est-ce que le bien ? Quelle est la plus grande des grandeurs ? » Le Bouddha dit: « Pratiquer le Chemin et soutenir la vérité, là est le bien. Unir sa volonté avec le Chemin, là est la grandeur. »

SECTION 15

QUESTIONS SUR LA FORCE ET LA SPLENDEUR

 

Un Shramana demanda au Bouddha: « Quelle est la plus grande force, quelle est la plus haute splendeur? »

Le Bouddha dit : « La patience sous l’insulte est la plus grande force car ceux qui sont patients n’abritent pas la haine, mais sont de plus en plus paisibles et forts. Ceux qui sont patients sont sans malignité et seront tenu en honneur.

« Quand les souillures de l’esprit sont complètement lavées, le rendant pur et sans tache, voilà la plus éclatante splendeur. Quand il n’est rien dans l’une quelconque des dix directions de l’espace, rien d’avant la formation du ciel et de la terre ni rien aujourd’hui, que tu ne vois, connais, ni n’entend, quand tu obtiens l’omniscience, voilà ce que l’on appelle splendeur. »  

 

SECTION 16

REJETER L’AMOUR ET ATTEINDRE LE CHEMIN

 

Le Bouddha a dit : « Les gens qui chérissent l’amour et le désir ne voient pas le Chemin. Remue de l’eau claire avec ta main: ceux qui sont proches de l’eau ne peuvent plus voir leurs reflets. De même, les gens, qui sont immergés dans l’amour et le désir ont l’esprit turbide et à cause de cela, ne peuvent voir le Chemin. Vous, Shramanas, devez rejeter amour et désir. Quand la souillure de l’amour et du désir disparaît, vous pourrez voir le Chemin. »

 

SECTION 17

QUAND LA LUMIERE VIENT , LES TENEBRES S’EN VONT

 

Le Bouddha a dit : « Celui qui voit le Chemin est comme quelqu’un qui tient une torche et entre dans une chambre obscure: les ténèbres sont dispersées et il n’y a plus rien que la lumière. Quand vous étudiez le Chemin et voyez la vérité, l’ignorance est dissipée  à jamais et la lumière reste pour toujours. »

 

 

SECTION 18

LA PENSEE ET LE RESTE ONT POUR ESSENCE LA VACUITE

 

Le Bouddha a dit : « Mon Dharma est la pleine conscience qui est à la fois pleine conscience et non-pleine conscience. Il est la pratique qui est à la fois pratique et non-pratique. Il est des mots qui sont à la fois mots et non-mots. Il est cultivation du Chemin qui est à la fois cultivation et non-cultivation du Chemin. Ceux qui comprennent sont proches de mon Dharma. Ceux qui ont l’esprit confus sont certes bien loin. Mon Dharma n’est pas accessible par la route du langage. Il n’est pas entravé par ce qui est physique. Si vous vous en écartez qu’une largeur de cheveu initialement, vous le perdrez de vue dans l’instant qui suit. »

 

SECTION 19

CONTEMPLER A LA FOIS LE VRAI ET LE FAUX

 

Le Bouddha a dit : « Contemple le ciel et la terre et sois attentif à leur impermanence. Contemple le monde et sois attentif à son impermanence. Contemple l’éveil-nature: elle est la Bodhi.  Celui qui est conscient de cela atteint rapidement le Chemin. »

 

SECTION 20

SE RENDRE COMPTE QUE LE MOI  EST VRAIMENT VIDE

 

Le Bouddha a dit : « Sois attentif aux quatre éléments à l’intérieur de ton corps. Bien que chacun ait un nom,  étant non-Moi, ils sont comme une illusion. »

 

SECTION 21

LA RENOMMEE DETRUIT LES RACINES DE LA VIE

 

Le Bouddha a dit : « Motivés par l’émotion et le désir, des gens poursuivent la renommée. Mais le temps que leur réputation s’établit, ils sont déjà morts. Ceux qui ont soif de la gloire de ce monde et n’étudient pas le Chemin s’épuisent en pure perte. Ils sont comme le bâton d’encens qui, aussi parfumé qu’il soit, ne s’en consume pas moins. Ainsi, la soif de gloire est-elle aussi dangereuse qu’une flamme qui vous dévore en même temps qu’elle brûle. »

 

 

 

SECTION 22

RICHESSE ET SEXE, CAUSES DE LA  SOUFFRANCE

Le Bouddha a dit : « Les gens qui ne peuvent abandonner richesse et sexe sont comme de petits enfants auxquels une bouchée savoureuse ne suffit pas, qui lèchent le miel sur la lame du couteau et se coupent la langue. »

 

 

SECTION 23

UNE FAMILLE EST PIRE QU’UNE PRISON

 

Le Bouddha a dit : »Les gens sont attachés à leur famille et leur maison à un point tel que ces dernières sont  pires qu’une prison. On sort un jour ou l’autre de prison, mais on ne pense jamais à quitter sa famille. Ne redoutent-ils pas du contrôle que l’émotion, l’amour, le sexe exercent sur eux? Ils se trouvent dans la gueule d’un tigre et pourtant leur cœur s’y oublie avec joie. Ceux qui se jettent d’eux-mêmes dans la boue et se noient, sont des personnes ordinaires. Va au delà de cette porte! Sors de la souillure et deviens un Arhat! »

 

SECTION 24

LE DÉSIR CHARNEL OBSTRUE LE CHEMIN

 

            Le Bouddha a dit : « Ce qu’il en est de l’amour et du désir : aucun désir n’a de racine plus profonde que le sexe. Il n’y a rien de plus fort que le désir charnel; heureusement qu’il n’y en a qu’un de cette espèce car sinon personne dans le monde entier ne pourrait cultiver le Chemin. »

 

SECTION 25

LA FLAMME DU DÉSIR BRULE

 

Le Bouddha a dit : « Une personne consumée d’amour et de désir est comme quelqu’un qui porte une torche contre le vent; en marchant, elle est certaine de se brûler la main. »

 

 

SECTION 26

LES DEMONS DES CIEUX TENTENT LE BOUDDHA

 

Le roi des Démons Célestes, espérant détruire la résolution du Bouddha,  lui offrit de belles jeunes filles.  Le Bouddha leur dit : « Sacs en peau pleins de saletés, que faites-vous ici ? Allez-vous en, je ne suis pas intéressé. »

Le roi des  Démons Célestes devint très respectueux et s’enquit alors de la signification du Chemin. Le Bouddha le lui exposa et aussitôt il obtint la réalisation de Srotaapanna.

 

 

SECTION 27

LIBRE DE TOUT ATTACHEMENT, IL ATTEINT LE CHEMIN

Le Bouddha a dit: « Une personne qui suit le Chemin est comme un tronc de bois dans de l’eau que le courant emporte. Le tronc de bois ne touche aucune rive. Si les gens ne le ramassent pas; si les fantômes et les esprits ne l’interceptent pas; s’il n’est pas pris dans les tourbillons et s’il ne pourrit pas, je garantis que le tronc de bois atteindra la mer. Si les pratiquants du Chemin ne sont pas corrompus par l’émotion et le désir, et s’ils ne sont pas pris dans des vue fausses et de travers mais cultivent vigoureusement l’inconditionné, je garantis qu’ils atteindront certainement le Chemin. »

 

SECTION 28

L’ESPRIT EST SAUVAGE: NE L’ECOUTEZ PAS

 

Le Bouddha a dit : « Prends garde de croire ton esprit : ton esprit ne peut être cru. Prends garde de tout contact avec le sexe : tout ce qui touche au sexe conduit au désastre. Une fois seulement que tu seras devenu Arhat, pourras-tu avoir confiance en ton esprit. »

 

SECTION 29

LA CONTEMPLATION CORRECTE NEUTRALISE LE DÉSIR CHARNEL

 

Le Bouddha a dit : « Prends garde de ne pas jeter de regards sur les femmes, ni de leur parler. Si tu te trouves obligé de leur parler, sois bien vigilant et pense : ‘Je suis un Shramana qui vit dans un monde de turbidités. Je dois être comme la fleur de lotus qui même dans la boue n’est pas souillée.’ Regarde les vieilles femmes comme si tu regardais ta mère. Regarde celles qui sont plus âgées que toi comme tu regarderais tes sœurs aînées, regarde  celles qui sont plus jeunes que toi, comme tu regarderais tes jeunes sœurs. Regarde les enfants comme tes propres enfants. Pense à sauver ces personnes et mets un terme aux pensées mauvaises. »

 

SECTION 30

RESTER LOIN DU FEU DU DESIR

 

Le Bouddha a dit : « Ceux qui suivent le Chemin sont comme de l’herbe sèche : il faut la garder éloignée de toute flamme. Les pratiquants du Chemin regardent le désir comme quelque chose qu’il faut garder à distance. »

 

SECTION 31

UN ESPRIT CALME REPRIME LE DESIR

 

Le Bouddha a dit : « Il y avait un homme qui, atteint d’un désir sexuel inextinguible, souhaitait se castrer. Le Bouddha lui dit : «  Purifier ton esprit est meilleur que de te trancher les organes génitaux. Ton esprit est comme un superviseur. Si le superviseur s’en va, ses subordonnés partiront. Si l’esprit déviant n’est pas stoppé,  trancher les organes ne sert à rien   »

Le Bouddha prononça pour lui ces vers :

                        Désir naît de la volonté.

                        Volonté naît de la pensée.

                        Quand ces deux aspects de l’esprit sont silencieux,

                        Il n’ait  ni forme, ni activité.

Le Bouddha dit : « Ces vers ont été prononcés par Kashyapa Bouddha. »

 

SECTION 32  

VIDER LE MOI ETOUFFE LA PEUR

 

Le Bouddha a dit : « C’est à cause du désir et de l’amour que les gens se créent des soucis. Cette anxiété mène à la peur. Quand il n’est pas d’amour, quels soucis peut-il y avoir ? Sans souci, que reste-t-il à craindre? »

 

 

SECTION 33

SAGESSE ET CLARTE VAINQUENT LES DEMONS

 

Le Bouddha a dit : « Celui qui suit le Chemin est comme un guerrier qui va combattre seul contre mille. Vêtu de son armure, il passe la porte. Peut-être que sa résolution est si faible qu’à mi-chemin il s’enfuira, ou peut-être sera-t-il tué dans le combat ou peut-être encore s’en retournera-t-il victorieux.

Le Shramana qui étudie le Chemin devrait avoir une emprise solide sur son esprit et être vigoureux, courageux et vaillant. Sans crainte de ce qui l’attend, détruisant les hordes de démons, il obtiendra les fruits du Chemin. »

 

SECTION 34

L’ON ATTEINT LE CHEMIN EN CHOISISSANT LE MOYEN TERME

 

Un soir un Shramana récitait le Sutra de l’Enseignement Légué par le Bouddha Kashyapa. Le son de sa voix était lugubrement triste comme il songeait avec repentir à son envie de quitter la vie monastique.

Le Bouddha lui demanda :

« Quand tu demeurais à  la maison dans le passé que faisais-tu ?

– J’aimais beaucoup jouer du luth, lui répondit le Shramana.

– Que se passait-il quand les cordes étaient lâches? Lui dit le Bouddha.

– Elles ne résonnaient pas, lui répondit le Shramana.

– Que se passait-il quand les cordes étaient trop tendues?

– Le son était coupé court, lui répondit le Shramana.

– Que se passait-il quand tu les accordais de manière à ce qu’elles ne soient ni trop ni pas assez tendues? – Le son portait bien, répondit le Shramana.  

– Il en est de même avec un Shramana qui étudie le Chemin. Si son esprit est harmonieux, alors il peut accomplir le Chemin. S’il est impétueux, son impétuosité exténuera son corps, et si son corps est fatigué, son esprit donnera naissance à des afflictions. Si son esprit se crée des afflictions, alors il voudra quitter la vie monastique. S’il veut arrêter de pratiquer le Chemin, ses torts en seront avec certitude augmentés. Tu as seulement besoin d’être pur, paisible et heureux pour ne pas perdre le Chemin.

 

SECTION 35

QUAND L’ON EST PURIFIE DE SOUILLURES, LA SPLENDEUR RESTE

 

Le Bouddha a dit : « Quand on veut fabriquer des outils de très bonne qualité, on fond le métal en brûlant ses scories.  C’est la même chose avec les gens qui étudient le Chemin: il leur faut d’abord extraire les souillures de leur esprit. Leur pratique devient alors pure. » 

 

SECTION 36

L’ORDRE LOGIQUE QUI MENE AU SUCCES

 

            Le Bouddha a dit : « Il est difficile de quitter les destinées du mal et de devenir un être humain.

            « Une fois devenu humain, il est encore difficile de devenir un homme plutôt qu’une femme.

            « Une fois devenu un homme, il est encore difficile de posséder entiers et sans défauts les six organes des sens.

            « Si les six organes sont entiers et sans défauts, il est encore difficile d’être né dans un pays du milieu.

            « Si l’on est né dans un pays du milieu, il est encore difficile d’être né quand un Bouddha est présent dans le monde.

            « Si l’on est né quand il y a un Bouddha dans le monde, il est encore difficile de rencontrer le Chemin.

            « Si l’on a rencontré le Chemin, il est encore difficile d’avoir la foi.

            « Si l’on a  la foi, il est encore difficile de fixer son esprit sur la Bodhi.

            « Si l’esprit s’est fixé sur la Bodhi , il est encore difficile d’être au-delà de la cultivation ?réalisation et de l’accomplissement. »

 

 

SECTION 37

ÊTRE PLEINEMENT CONSCIENTS DES PRECEPTES  MORALES

NOUS EMMENE PLUS PRES DU CHEMIN

 

Le Bouddha a dit : « Que mes disciples se trouvent éloignés de moi de plusieurs milliers de miles, s’ils ont gardé la pleine conscience des préceptes morales, ils obtiendront avec certitude les fruits du Chemin.  

« Que ceux qui sont à mon côté ne suivent pas mes préceptes morales, ils me voient certes en permanence, mais au bout du compte, ils ne pourront pas accomplir le Chemin. »

 

SECTION 38

LA NAISSANCE MENE A LA MORT

 

Le Bouddha demanda à un Shramana : « Combien de temps dure la vie d’un homme ? » 

Il répondit: « Quelques jours. » Le Bouddha dit : « Tu n’as pas encore compris le Chemin. »

Il demanda à un autre Shramana: « Combien de temps dure la vie d’un homme? » La réponse fut : « L’espace d’un repas. » Le Bouddha dit : « Tu n’as pas encore compris le Chemin. »

Il demanda à un autre Shramana : « Combien de temps dure la vie d’un homme ? » Il dit : « Le temps d’une respiration. » Le Bouddha dit : « Excellent, tu as saisi le Chemin.  

 

SECTION 39

L’ENSEIGNEMENT DU BOUDDHA EST NON-TENDANCIEUX

 

Le Bouddha a dit : « Celui qui étudie le Chemin du Bouddha doit croire et s’accorder avec tout ce que le Bouddha enseigne. Quand tu manges du miel, il est sucré sur la surface, et sucré à l’intérieur. Tels sont mes sutras. »  

 

SECTION 40

LE CHEMIN EST PRATIQUE DANS L’ESPRIT

 

Le Bouddha a dit : « Un Shramana qui cultive le Chemin ne devrait pas être comme un bœuf tournant une meule. Un tel Shramana cultive le Chemin avec son corps, mais son esprit n’y marche pas. Si l’esprit s’est concentré sur le Chemin, quel besoin y a-t-il de pratiquer? »

SECTION 41

UN ESPRIT DROIT SE DEBARRASSE DU DESIR

 

Le Bouddha a dit : « Celui qui cultive le Chemin est comme un bœuf qui tire une lourde charge à travers une épaisse masse de boue. Le boeuf est si fatigué qu’il n’ose regarder ni à droite ni à gauche. Ce n’est qu’une fois sorti de la boue qu’il peut se reposer. De même le Shramana devrait regarder émotion et désir comme une profonde masse de boue, et songer au Chemin avec un esprit sans faille. C’est alors qu’il peut éviter la souffrance. »

 

SECTION 42

COMPRENDRE QUE LE MONDE EST ILLUSOIRE

 

Le Bouddha a dit : « Je regarde la royauté et les dignitaires comme de la poussière qui flotte à travers une fissure. Je regarde les trésors d’or et de jade comme des tuiles brisées. Je regarde les vêtements de soie fine comme de coton rugueux. Je regarde un grand système de mille mondes comme une petite noix. Je regarde les eaux du Lac d’Anavatapta comme l’huile dont on use pour s’oindre les pieds. »  

Je regarde la porte des moyens expédients comme un tas de joyaux créés par transformation. Je regarde le véhicule non-surpassé comme un rêve d’or et de richesses. Je regarde le Chemin du Bouddha comme des fleurs devant mes yeux. Je regarde la samadhi comme le pilier du mont Suméru. Je regarde le Nirvana comme être éveillé jour et nuit. Je regarde l’inversion et la droiture comme six dragons dansant. Je regarde l’égalité comme la seule vraie terre. Je regarde la propagation de l’enseignement comme un arbre toujours florissant aux quatre saisons. »

 

 

 

STANZA POUR LE TRANSFERT DES MERITES ET VERTUS          

 

                                Puissent les mérites et vertus de cette oeuvre accumulés

                                Toutes les Terres Pures des Bouddhas venir orner.

                                Payant en retour les quatre grandes grâces au-dessus

                                Et aidant ceux qui souffrent en-dessous.

                                Puissent ceux qui voient et entendent ceci

                                Prendre la ferme résolution pour la Bodhi

                                Et avec ce corps de rétribution, une fois cette vie terminée

                                Etre nés ensemble dans la Terre de l’Ultime Félicité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :